Africasia
Africasia

Africasia

Nombre de jours depuis leur départ : 212jours - - - Nombre de pays traversés : 25 pays traversés - - - Nombre de kms réalisés : 33.695km

De Victoria Falls à Cape Town (Le Cap)

Date de l'épisode : 14/04/2003
Endroit actuel : Le Cap (Cape Town), Afrique du Sud
Nombre de jours depuis le départ : 212
Nombre de pays traversés : 25
Derniers pays traversés : Botswana, Namibie, Afrique du Sud
Nombre de kilomètres réalisés : 33.695 km
Commentaires concernant le futur trajet :retour le 16 à 8h00 à Bruxelles

Apres 212 jours de voyage, 33.695 kilomètres, 25 pays traversés, plus d’une centaine de contrôles aux bureaux de douane et d'immigration, deux embrayages remplacés, un nouvel alternateur, quinze pneus crevés, des dizaines de petites réparations, des heures passées dans des garages africains, plus de quatre mille photos et surtout des milliers de rencontres et des images plein la tête, nous voici arrivés à l’extrême sud de l’Afrique, Cape Town, la fin de notre périple en Afrique.

En quittant Victoria Falls, notre objectif était de parcourir la dernière étape à notre aise jusque Cape Town. Nous avons donc repris la route en quittant le Zimbabwe, via le Botswana.

Au Botswana, la route menant du Parc de Chobe (que nous avions visité précédemment) à Nata est surprenante. On vous explique. Vous roulez tranquillement entre les gouttes de pluie car on y a retrouvé la pluie et, tout à coup, entre le battement des essuie-glaces et les gouttes de pluie, on découvre au loin, une grosse tache grise. On ne sait pas ce que c’est et on continue. Et puis petit à petit, cela se confirme. Un gros éléphant est en train de faire les cent pas sur le goudron. On continue à s'approcher et l’éléphant fait volte-face en nous regardant. Il est en train de penser : « Qui sont ces deux belges qui viennent perturber ma promenade journalière ? » On s’arrête et on enclenche même la marche-arrière car on voit bien qu il est perturbé. Ca passe, il reprend sa promenade et cela pendant cinq minutes. Finalement, il se décide à retourner dans les fourrés et on re-enclenche la marche-avant et continuons notre route. Sur cette route de deux cents kilomètres, à plusieurs reprises, on a eu le même scénario.

Poursuivant notre route au Botswana, nous ferons des haltes à Maun (près du Delta de l’Okavango) et à Ghanzi (non loin du désert du Kalahari).

Nous passons la frontière vers la Namibie et faisons une pause à Windhoek la capitale, principalement pour un problème technique. Depuis le départ de Victoria Falls, nous avons à nouveau des problèmes de démarrage. Chaque matin, soit, elle démarre difficilement, soit, nous demandons aux personnes autour de nous de nous aider à pousser la voiture. Arrivés à Windhoek, nous nous rendons donc dans un garage afin de fixer ce problème avant Cape Town. Notre alternateur est défectueux. Fini, les mécaniciens qui prennent le temps de démonter l’alternateur comme à Arusha pour changer la pièce défectueuse. L’alternateur est remplacé.

Depuis le Botswana, c’est encore une nouvelle Afrique que l’on découvre. Les routes sont en parfait état et désertes. Des kilomètres sans rencontrer personne, sans croiser un village ou même des animaux traversant la route. De plus, en passant dans les villages et les villes il n’y a plus des centaines d’échoppes vendant des légumes, du bois, des bonbons, etc. Il manque quelque chose par rapport à l’Afrique que nous avons traversée depuis le début. Tout semble trop ordonné, trop propre. Plus moyen d’acheter des boissons, du pain ou des légumes sur la route, il faut aller dans des pompes d’essence ou des supermarchés. On n’est plus trop habitué.
Cette impression nous l’aurons jusqu’à notre arrivée à Cape Town.

Nous quittons la Namibie en passant par des routes en ligne droite sur des kilomètres à perte de vue sans croiser grand monde.
Arrivés à la frontière avec l’Afrique du Sud, notre joie est immense. Enfin, nous arrivons dans le dernier pays à parcourir et nous découvrons un panneau avec l’inscription "Cape Town 679". Il nous reste donc 679 kilomètres afin de boucler notre voyage. Ca parait si peu après tous les kilomètres effectués.
Notre dernière étape avant Cape Town est Vanrhynsdorp, une petite ville sud-africaine à 300 kilomètres de Cape Town. Pas grand chose à faire un dimanche soir dans cette minuscule ville. Le camping est vide et les restos fermés. Mais sachant que deux "touristes" sont en ville, la propriétaire et la cuistot ouvrent leur affaire et nous reçoivent. C'est une splendide entrée en matière pour l’Afrique du Sud. Elles nous font goûter de l’autruche et du gemsbok, nous ouvrent des bouteilles de vin de la région et surtout nous passent les hits du moment en Afrikaans. En écoutant la musique, on se serait cru à une kermesse en Flandres. Avec cette langue qui ressemble très fort au néerlandais, on sent que l’on se rapproche de plus en plus de la "Belgique".

Le lendemain, dernière étape avant Le Cap. L’émotion est grande. A 100 kilomètres de la ville, apparaît le sommet de Table Mountain, la montagne de 1000 mètres surplombant le Cap. A 35 kilomètres, l ensemble de la ville blottie au pied de Table Mountain apparaît, c est une ville splendide en bord de mer qui nous ouvre ses portes. Une demi-heure de conduite et nous arrivons au centre de la ville.
Nous sommes le lundi 31 mars, il est 13h35 et c'est au rythme de la version Afrikaans de "Stand up for the Champions" que nous rentrons dans la ville. Notre joie est énorme. Nous déposons la voiture dans une auberge de jeunesse et nous rendons directement au Waterfront, l’ancien port de Cape Town truffé de restaurants. Nous passons l’après-midi au soleil à la terrasse d’un bon petit resto pour célébrer notre arrivée au Cap. A notre surprise, nous trouvons à la carte de la Stella Artois, première bière belge que nous trouvons en Afrique. Au programme donc, nous avons Stella Artois, dégustation des vins sud africains, poissons et pour bien terminer Amarula (liqueur de café sud Africaine). La journée se terminera aux petites heures du matin après avoir annoncé dans plusieurs bars de la ville que nous étions bien arrivés...

Nous avons prévu de passer quinze jours au Cap. Le père de François nous rejoint normalement le 7 avril pour passer la dernière semaine africaine avec nous. Mais avant cela, il faut arranger le rapatriement de la voiture et notre retour. La journée du mardi, nous nous rendons dans deux compagnies maritimes et nous prenons rendez-vous pour le 14 avril afin de rentrer la voiture dans un container à destination d'Anvers. Mercredi, nous trouvons un billet d'avion. Nous quitterons donc le sol africain le 15 avril avec une arrivée le 16 à Bruxelles.

Les formalités effectuées, on continue à profiter de la ville du Cap. Nous faisons des ballades dans City Bowl, la vieille ville, nous louons des VTTs afin de se balader le long des plages et grimper quelques cols autour de Table Mountain, nous passons une journée à la plage et nous goûtons régulièrement les vins locaux afin d’être prêts pour faire la visite des caves.
Nous passons une journée sur Robben Island, l'île à 11 kilomètres du Cap sur laquelle a été détenu Nelson Mandela pendant 18 ans. Un ancien détenu politique nous guide dans cette visite et nous relate les conditions de vie en prison et la vie des Natives (noirs) au moment de l'apartheid. Ca fait beaucoup réfléchir…

Le 7 avril arrive et coup de téléphone. Problème de passeport à l’embarquement et le papa de François n’a pas pu embarquer. Il n’arrivera donc que le jeudi 10 avril, seule date disponible pour un prochain vol. Nous décidons donc de garder la visite des caves et un tour de la ville pour sa venue. Et nous continuons à profiter de la ville et de ces derniers moments africains.

Nous décidons donc d’aller jusqu’au Cap de Bonne-Espérance. C’est donc le 9 avril vers 15h00 que notre Land Rover se rend au point le plus au sud-ouest de l’Afrique, l’objectif final de notre périple africain. Nous sortons notre drapeau belge pour fêter l’évènement et sommes accueillis par des applaudissements d’un groupe de français qui ont compris que nous arrivions au point ultime de notre voyage.

Le 10 avril, le papa de François arrive enfin d’Europe et son séjour de quatre jours va être chargé. Nous fêtons son arrivée dans un bon resto du Waterfront en ne se privant pas de goûter quelques vins locaux. Dès le lendemain, nous sommes partis pour deux journées dans la région des vins afin de faire le tour des vignobles de Paarl, Stellenbosh et Franschoek. Le paysage est exceptionnel et, entre nous, la voiture se remplit de vins rouges et blancs sud-africains au fur et a mesure de notre découverte de la région. Le pinotage, le chenin, le cabernet, le shiraz, le merlot, etc. nous livrent donc tous leurs secrets durant ces deux journées. Nous passerons la nuit dans une splendide propriété au style « Cape Dutch » au milieu des vignobles.

De retour au Cap, nous passons la journée du dimanche à flâner et visiter les alentours de la ville. Et finalement, ce lundi matin, la voiture effectue ses derniers kilomètres africains (du centre de Cape Town au port) afin de la charger dans un container à destination d’ Anvers. Lorsque les portes du container se referment sur notre voiture qui nous a amenés jusqu’ici, la fin du voyage se fait de plus en plus palpable. Afin d’oublier cela au plus vite, nous prenons le téléphérique menant au sommet de Table Mountain, la montagne dominant le Cap et admirons le paysage à perte de vue permettant de nous remémorer tous les endroits où nous avons passé du temps depuis notre arrivée au Cap.

Demain, c’est le départ pour la Belgique. Nous aurons encore droit à une matinée au Cap avant d’embarquer. Nous arriverons le 16 avril a 8h00 du matin à Zaventem en provenance du Cap, via Amsterdam. Et nous serons contents de tous vous revoir dès notre retour.

Nous profitons de cette fin de périple africain, pour tous vous remercier d’avoir suivi notre aventure africaine et pour tous les messages que vous avez soit laissés sur notre livre d’or, soit envoyés via mail. Et nous nous retrouvons rapidement pour la suite du périple en Asie.


Merci à toutes les personnes qui nous ont accueillies durant ce voyage

Paris, France: merci à la famille de Villepin et à Anthony Herve de nous avoir hébergés la première nuit de notre périple,
San Sebastian et Madrid, Espagne: merci à Theresa, Marc, Theresa et Victoria Mazy pour les super moments passés à San Sebastian et à Madrid,
Madrid, Espagne: merci à Laurence Fontinoy de nous avoir emmenés dans les petits endroits sympas de la ville
Madrid, Espagne: merci à Arnaud Tasiaux de nous avoir apporté tout ce que l'on avait oublié au départ,
Fès, Maroc: merci à Anouar El Beqqali, Nadia El Alouni et leur famille de nous avoir hébergés, guidés dans la ville et surtout pour avoir mis tout en oeuvre lors de notre première panne d'embrayage,
Dakar, Sénégal: merci à Hubert, Pascale Gazeau et leurs enfants pour leur accueil et leurs bons tuyaux pour Cape Town,
Kaolack, Sénégal: merci à Marie-Pierre Napel et toute sa famille pour la journée passée en leur compagnie,
Selinkegny, Mali: merci à Balla Sissoko, directeur de l’école, de nous avoir si bien reçus dans ce petit village malien après une dure journée de route,
Mopti, Mali: merci à Monsieur Traore et son équipe de "La fondation pour les enfants de la rue",
Ouagadougou, Burkina: merci à Nabassom Ouedraogo, associé de Deloitte & Touche Burkina de nous avoir fait découvrir la ville,
Tamale, Ghana: merci à Lansa Anumu Adam, de nous avoir reçus chez lui alors que l’on cherchait vainement un endroit pour se poser le long de la route,
Lomé, Togo: merci à Arnaud Lambotte pour la splendide semaine que l’on a passée dans sa maison et pour le perfectionnement de nos dons de chanteurs au bar karaoké de Lomé,
Cotonou, Bénin: merci à Alain Kempinaire et Ilse Adriaens de nous avoir reçus, de nous avoir donnés des bons filons pour la préparation de la voiture pour la traversée Tchad-Soudan et pour le rock bien trempé à 5h00 du mat,
Cotonou, Bénin: merci à Maurice Montfranc, rencontré au hasard de la route au Mali dans sa Peugeot 505, et son épouse pour la journée passée ensemble,
Houndodji, Bénin: merci à Dominique, Dominique et leurs enfants pour les très bons moments que nous avons passés ensemble et pour leur aventure incroyable,
Niamey, Niger: merci à Clothilde Alloke et sa famille pour les deux jours passés en leur compagnie,
N'Djamena, Tchad: merci à Guy Mallet, consul honoraire de Belgique pour le gros coup de main qu’il nous a donné pour l’obtention de nos visas soudanais,
• N'Djamena, Tchad: merci à Martial Kemhoyal pour sa compagnie durant notre long séjour à N'Djamena et pour le splendide samedi passé au pari-vente,
Khartoum, Soudan: merci à Herbert van Drongelen, un hollandais parcourant le monde à vélo depuis cinq ans de nous avoir prêté des dollars afin de pouvoir continuer notre périple jusqu'à la frontière éthiopienne,
Nairobi, Kenya: merci à Nathalie Springuel de nous avoir si bien reçus dans son appart et de nous avoir emmenés de jour, comme de nuit, dans tous les meilleurs endroits de la ville,
Kigali, Rwanda: merci à Patrick Gashagaza, associé de Deloitte & Touche Rwanda et Albert Mugunga de nous avoir accueillis à Kigali,
Arusha, Tanzanie: merci à Sarah de Hemptinne et Andrea pour le splendide accueil à Arusha et pour nous avoir si bien soignés durant notre séjour,
Cape Town, Afrique du Sud: merci à Suzan, Gilles de Moyencourt et leurs enfants pour la soirée passée ensemble et pour l’intérêt qu’ils ont montré pour notre voyage,
Cape Town, Afrique du Sud : merci à Jamila et Marie pour les supers moments passés à Cape Town,
Cape Town, Afrique du Sud : merci à Annick et Pino Capostagno pour la splendide soirée en leur compagnie,

Merci à toutes les autres personnes que nous avons rencontrées et que nous n’avons pas mentionnées ci-dessus.



Photos